Pourquoi pas de zones sans ondes électromagnétiques ?

“La question renvoie à la délicate question de l’électrosensibilité et de ses débats conclus généralement par une référence au principe de précaution. Le Conseil Départemental de l’Ariège n’est pas un acteur de la santé publique. Il lui appartient simplement de compenser les conséquences d’une situation de handicap.
Le monde médical doit trancher sur les effets des ondes hertziennes sur la santé humaine. Appelons-le ensemble à cette responsabilité.

Ces ondes hertziennes ont envahi notre univers. Elles ont des sources multiples qui dépassent les seules émissions pour les communications. Ce sont pourtant ces dernières qui sont le plus souvent au cœur des polémiques.

Le Conseil Départemental n’a pas le droit de dire “Non”. Ce n ‘est pas lui qui délivre les autorisations d’urbanisme mais les communes. Ce n’est pas lui qui délivre les autorisations des fréquences mais l’État. Le Conseil Départemental a juste la possibilité d’exprimer un désaccord politique en précisant que le sujet ne fait pas consensus.

Pour des raisons de sécurité, de besoin économique, ou simplement de confort, la demande d’avoir du réseau est également forte.
Rappelons-nous une chose : aujourd’hui près de 80% des appels adressés aux pompiers viennent d’un téléphone mobile. Si autant de vies sont sauvées chaque année à la suite d’un accident en montagne, en forêt, sur les routes, c’est en grande partie grâce à la rapidité d’appel des secours, c’est-à-dire grâce au téléphone portable et aux ondes émises.

Le sujet est décidément très complexe et la nature exacte du risque sanitaire est l’élément central. Appelons l’État à prendre ses responsabilités. » Youmonyou Koné, Militante associative, Candidate sur le canton Portes d’Ariège.

Nous répondons à toutes vos questions, les yeux dans les yeux.
Partagez @ariegeavenircommun et participez #ariegenotreavenircommun

Une question à nous poser ?